Séance présentée par Cannibale Peluche MARDI 13 JUIN à 20h30
Tarifs : 6,50 € ; TR : 5,50 € ; Étudiants : 3 € ; Adhérents Cannibale Peluche le soir de la présentation : 2 €.
Film projeté du 7 AU 20 JUIN 2017 au Cinéma LE STUDIO (3 rue du général Sarrail – Le Havre)

la_planete-des_vampires_canalblog

LA PLANÈTE DES VAMPIRES
[TERRORE NELLO SPAZIO]
Un film de Mario BAVA (Italie-Espagne, 1965, 88')
Science-fiction gothique/DCP/vostf
Production : Fulvio Lucisano pour Italian International Film
Scénario : Mario Bava, Alberto Bevilacqua, Callisto Cosulich, Ib Melchior, Antonio Roman, Rafael J. Salvia d'après la nouvelle de Renato Pestriniero : Una notte di 21 ore 
Photographie : Antonio Rinaldi, Antonio Perez Olea, Mario Bava
Effets spéciaux : Mario Bava, Carlo Rambaldi
Montage : Romana Fortini, Antonio Gimeno
Musique : Gino Marinuzzi Jr.
Avec Barry Sullivan (Capitaine Mark), Norma Bengell (Sanya), Angel Aranda (Wess), Evi Mirandi (Tiona), Stelio Candelli (Mud)...

Distributeur : La RabbiaBac Films

Deux vaisseaux spatiaux, l'Argos et le Galliot, sont attirés sur une planète inconnue par un énigmatique signal sonore. Rendue brièvement inconsciente par un atterrissage chaotique, la quasi-totalité de l'équipage de l'Argos se réveille prise de pulsions homicides. Les forcenés, promptement maîtrisés par le commandant, finissent par retrouver leurs esprits et découvrent bientôt que leurs homologues du Galliot se sont entre-tués.

«Comme des cercles lumineux, au coin de mon œil. Mais lorsque j'ai regardé, ils avaient disparu. »

En alternance avec ses gialli (thrillers mêlant enquête, fantastique et érotisme), Mario Bava n'aura eu de cesse d'œuvrer à des variations sur l'épouvante gothique, courant qu'il avait initié dans le cinéma italien dès 1960 en réalisant Le Masque du démon. Après la flamboyante hybridation avec le péplum de Hercule contre les vampires (1961), La Planète des vampires constitue un mariage inédit entre le gothique et la science-fiction. 

Cas exemplaire de production désargentée dont l'inventivité d'un metteur en scène parvient spectaculairement à transcender les carences matérielles, La Planète des vampires est un panorama tout en poésie artisanale des truquages et procédés optiques dont Bava était prodigue : travail pictural sur la couleur et omniprésence de brumes pour instiller relief et étrangeté à un décor dépouillé ; surimpressions et défilement de la pellicule à l'envers ; emploi de l'effet Schüfftan, dont les jeux de miroirs inclinés inscrivent les personnages dans des architectures (faussement) cyclopéennes... L'univers purement artificiel ainsi déployé devient un enfer géométrique aux couleurs exacerbées, un no man's land propice à des allers-retours sans issue et à l'expression des obsessions morbides du cinéaste. L'indifférenciation de personnages vêtus du même uniforme, la symétrie parfaite de certains plans, la thématique du double et le phénomène de possession central au récit confèrent à ce space opera unique un trouble cauchemardesque à la croisée de L'Invasion des profanateurs de sépulture (1956) et d'Alien, qui en reprendra nombre d'éléments scénaristiques quatorze ans plus tard.

Autres séances : Jeudi 8 juin/20h30, Samedi 10 juin/16h30, Vendredi 16 juin/18h30, Samedi 17 juin/20h30, Dimanche 18 juin/20h30, Mardi 20 juin/18h30.

Planet of the Vampires 1

PlaneteDesVampires5